La nouvelle génération dorée du Portugal
Le temps où le Sporting CP submergeait les sélections portugaises espoirs et principale avec une vague de joueurs "made in Alchochete", est révolue. Des clubs comme Benfica, Porto et Braga ont détrôné le club d'Alvalade de sa place de "roi de la jungle du football portugais". 
 
Mais cette révolution n'est pas seulement due à l'apparition de nouvelles pépites ou, au fait qu'Alcochete n'est plus la seule fructueuse école au Portugal, mais également à l'apparition d'un nouveau facteur qui doit désormais être pris en compte : celui du "football business", incarné par le "Roi" du marché : Jorge Mendes, super agent portugais et son agence Gestifute
 
Ce facteur est devenu si puissant qu'il a clairement sauté aux yeux des téléspectateurs les plus attentifs en envahissant la dernière composition faite par Rui Jorge lors du match de l'équipe espoirs face au Pays de Galles comptant pour les éliminatoires de l'Euro des moins de 21 ans mardi dernier. 
 
Dans cette composition, cinq joueurs sont directement représentés par Jorge Mendes et quatre autres le sont plus ou moins indirectement. Dans ce onze, aucun joueur "made in alcochète" n'a été titulaire (aucun n'est représenté par Gestifute) et un seul d''entre eux a participé à cette rencontre. Il ne faut pas oublier que Bruno de Carvalho, président du Sporting, n'est pas un très grand admirateur du travail de Mendes, ni des agents de joueurs en général. 
 
 
Certes, Benfica et Porto ont parié très fort ces dernières années dans la formation des jeunes joueurs en investissant des grosses sommes d'argent en infrastructures ainsi qu'en personnel et cet effort ont commencé à porter ses fruits. Aujourd'hui l'Académie du Seixal (Benfica) ainsi que celle de l'Olival (FC Porto) sont clairement à la hauteur de celle du Sporting et ça, on ne peut pas le nier. 
D'ailleurs, lors des dernières convocations en U21, U19 et U17, 38,5% des joueurs ont été formés à Benfica contre 20% pour le FC Porto et le Sporting. Braga les suit également de près avec 12,3% et seulement 9,2% de clubs divers.  
 
Cette inversion des normes n'aurait pourtant peut-être pas été aussi conséquente, sans l'influence (nouvelle en selection jeunes) de celui qui se trouvait déjà derrière les transferts millionnaires de footballeurs comme Cristiano Ronaldo, André Gomes, Coentrão, Pepe, Bernardo Silva, Bruno Alves et André Silva entre autres. 
 

De la génération dorée à la génération Gestifute 

 
Parmi les onze joueurs titulaires face au Pays de Galles, 5 d'entre eux sont directement représentés par Gestifute (Gonçalo Guedes, Bruno Xadas, Gil Dias, Renato Sanches et Ruben Neves) et 4 indirectement (João Carvalho, Ruben Dias, Francisco Ferreira et Pedro Amaral). Pourquoi indirectement ? Car ils ont été formés dans l'Académie benfiquiste et le jour où ils quitteront le nid de la Luz, ce sera très probablement en passant par Gestifute, comme cela a été fait dans la passée avec d'autres joueurs comme Renato Sanches, Cancelo, Guèdes, André Gomes, Bernardo Silva entre autres... Car contrairement à Bruno de Carvalho, les relations entre Luís Filipe Vieira (président du Benfica) et Jorge Mendes sont au beau fixe et la grande majorité des transactions passent par son agence. Eh oui, bienvenue dans le monde du football business ! 
 
Avoir un bon centre de formation n'est plus suffisant si on ne dispose pas d'un super agent de la trempe de Jorge Mendes pour tirer quelques ficelles. Et il n'est pas question de théories du complot, ni de corruption, ni même de jeux d'influences macabres non, simplement, le monde du football est lui aussi désormais dominé par l'argent, c'est un fait qui comporte ses avantages ainsi que ses inconvénients. Mais avoir une arme comme Jorge Mendes est un atout indéniable et le récent transfert d'Adrien en est le parfait exemple. Un joueur de sa trempe, qui plus est champion d'Europe, ne méritait-il pas selon vous de partir vers un club de plus grande ampleur ? Tout comme Ruben Semedo
 
A mediter
 
BDS
e-max.it: your social media marketing partner