Famalicão

Il reste encore trois journées avant la fin de la deuxième division portugaise pourtant, l’équipe de Famalicão a déjà assuré sa promotion parmi l’élite du football portugais, 25 ans après l’avoir quitté. Une saison exceptionnelle qui a révélé au grand jour tout le potentiel de cette équipe désormais destinée à suivre l’objectif Européen tracé par Idan Ofer, actionnaire majoritaire de la SAD.

Dans leur palmarès, les Famalicenses ne comptent que six présences en première division dont quatre années consécutives entre 1990 et 1994. En coupe du Portugal il faut remonter à la lointaine époque de 1945/46 pour voir les bleus et blancs atteindre la demi-finale (perdue 11-0 face au Sporting), depuis ils n’ont guère fait mieux que d’atteindre les quarts dont la dernière en 2014/2015 où ils sont à nouveau tomber face aux lions sur le score de 4-0.

Malgré cela, les habitants de Vila Nova de Famalicão sont des fervents supporteurs ultra-passionnés par leur équipe locale.

À chaque match, le stade municipal 22 de junho a enregistré à plusieurs reprises des assistances de plus de 5 000 supporteurs qui mettent une ambiance magique et festive faisant de leur enceinte une véritable forteresse quasi imprenable (seulement deux défaites à domicile). Les chiffres sont implacables, en 16 rencontres à domicile, les Famalicenses ont obtenu 11 victoires, 3 matchs nuls et seulement 2 défaites.

Un fait admirable dans un pays où les habitants n’ont d’yeux que pour les « trois grands clubs portugais » et où les autres peinent à remplir leur enceinte les jours de match. Si l’équipe était en Liga Nos, elle serait onzième dans le classement des assistances à domicile. C’est en quelque sorte une pierre précieuse brute et qui ne demande qu’une seule chose être polie pour révéler toute sa beauté et son éclat. C’est certainement l’une des raisons qui ont poussé Idan Ofer, homme d’affaires Israélien, à travers l’un de ses groupes « Quantum Pacific » à racheter en 2018 la majorité de la SAD désormais détenue à 51%.

Idam Ofer est grand amateur de football, en 2016 il a notamment acquis le ballon d’or de CR7 en 2013 pour 600 mil euros et son groupe détient également 32% des parts de l’Atletico Madrid. Il a une relation très proche avec Jorge Mendes le super agent portugais qui gère les carrières des plus grandes stars du ballon rond et notamment celle de Crisitiano Ronaldo.

Lors de l’acquisition de la majorité du FC Famalicão en 2018, il n’a pas hésité à investir avec pour objectif : Replacer les Famalicenses en première division et en faire l’une des meilleures équipes Portugaises.

Une saison formidable :

Après l’investissement, le club pouvait à présent se doter de joueurs plus expérimentés et de qualité. Et c’est ce qui a été fait notamment avec les arrivées de Luis Rocha (Dynamo Minsk), Rafael Defendi et Ricardo (Paços de Ferreira), Filipe Oliveira (Maritimo), Ricardo Fernandes (Belenenses SAD) ou encore les prêtés comme Victor Garcia (Vitória Guimarães) et Raphaël Guzzo pour les plus connus. Au total pas moins de 22 arrivées et 28 départs. Un chamboulement d’effectif qui aurait pu pénaliser le début de saison.

Mais il n’en est rien, menés par Sergio Vieira les Famalicences ont enchainé quatre victoires et une défaite lors de leurs cinq premiers matches de championnat et l’on devinait déjà qu’ils seraient dans la lutte pour la montée en s’appuyant notamment sur la ferveur de leur public pour les matchs à domicile pour cimenter leurs aspirations.

La saison s’est même emballée lorsqu’ils ont enchainé 11 matchs consécutifs sans défaite entre novembre et janvier dernier.

Pour la direction la montée ne devenait plus seulement un objectif mais une obligation et juste après cette série formidable l’équipe a connu quelques petits pépins avec notamment 4 défaites et 2 nuls lors des 7 matchs qui ont suivi. Allié à une poussée formidable de l’Académica, le degré d’exigences de la SAD a couté le poste à leur entraineur Sergio Vieira limogé en mars dernier après une terrible défaite face à Covilha qui laissait le club à seulement trois longueurs des « Estudantes » dans la course à la montée.

L’avenir des Famalicenses est désormais entre les mains expertes de Carlos Pinto entraineur de 46 ans qui avait promu l’équipe des Açores de Santa Clara en première division la saison passée. Et sous sa houlette l’équipe n’a gouté qu’aux saveurs de la victoire avec 5 succès consécutifs en championnat qui ont permis à l’équipe de valider ce week-end leur ticket pour la première division 2019/2020.

Objectif Européen

La fête à Vila Nova de Famalicão a duré toute la nuit et s’est même prolongée jusqu’au lendemain.

 

Mais à peine remis de leurs émotions que les supporteurs ont déjà eu droit à des discours ambitieux avec l’Europe en ligne de mire :

« Il est clair que l’on veut aller loin en Liga. Le club veut faire une grande saison et il y aura les conditions pour cela. J’assure l’investissement évidemment. Le budget va clairement augmenter. J’espère lutter pour une place dans les compétitions Européennes » à affirmé Idan Offer l’actionnaire majoritaire de la SAD.

Les supporteurs ayant été au cœur de cette incroyable saison, le directeur du club, Miguel Ribeiro, veut pousser les supporteurs à croire en leur équipe et pousse le discours encore plus loin :

« C’est fait nous y sommes parvenus (à monter l’équipe en D1). Maintenant il faut mettre les mains à la pâte et essayer d’atteindre quelque chose de plus grand encore. On l’assume sans aucun problème, notre objectif en Liga sera plus grand et on veut se battre pour LES PREMIERES PLACES du championnat. On est le club qui a fait venir le plus de supporteurs à l’extérieur celui qui a le plus conquis le cœur des gens ».

La passion des supporteurs, alliée à un investisseur qui bénéficiera de l’aide Jorge Mendes sur le marché des transferts ainsi qu’un staff technique acharné et compétent ponctué par une osmose parfaite entre la SAD et le club, rend totalement crédible à court et où moyen terme ces objectifs qui sont malgré tout bien ambitieux pour un promu. Une chose est sûre, il faudra garder un œil sur cette équipe Famalicense et leurs supporteurs qui vont mettre l’ambiance dans tous les stades du pays la saison prochaine.

Le talon d’Achille

Malgré la solidité de ce projet, il serait prudent de garder un pied en arrière car les privatisations des clubs portugais ont jusqu’à présent étés un échec. Le sujet a déjà été abordé à plusieurs reprises sur notre site internet (voir notre article sur Belenenses) mais contrairement à l’exemple du Restelo, Famalicão n’a pour le moment pas perdu son identité ni l’appui de son public ni du club. Il existe pour le moment une harmonie parfaite entre tous les différents acteurs qui régissent la vie du club et de l’équipe et tant que cela reste comme cela (et on leur souhaite), les Famalicenses semblent prêts à soulever des montagnes…

 

 

 

e-max.it: your social media marketing partner